Une bien triste nouvelle est tombée, la fermeture définitive de Grooveshark après 8 ans d’existence puisque le service est né la même année que Blogmotion.

grooveshark

Depuis quelques heures Groovexhark Grooveshark fait partie des tendances twitter (trendings topics). De nombreux internautes pleurent la perte de toutes leurs playlists mais aussi la disparition du service de manière générale.

Tout est perdu

Voici le message publié sur le site :

groovedown

Fondé par trois étudiants aux USA Grooveshark était d'abord un client P2P, "Blue Shark" en référence aux version d'Ubuntu ayant pour nom de code un objectif suivi d'un animal.  avant de devenir un site web. Puis le mot "blue" a été remplacé par "groove". Grooveshark se distinguait des autres sites d'écoute de musique puisque les internautes pouvaient envoyer leur propre bibliothèque musicale, sous réserve qu'elle soit de qualité.

Ce procédé a bien évidemment mis de côté les maisons de disque et leurs licences car toute la musique envoyée était disponible pour l'ensemble des utilisateurs (contrairement à Google Music). Attaquée en justice par les maisons de disque (Universal Music, Sony Music et Warner Music), la société Escape Media éditrice du site a annoncé la fermeture définitive dans la nuit du 30 Avril 2015. Il y a également eu une condamnation pour violation de droits d'auteurs par le tribunal fédéral de New York en Septembre 2014, à cause de faux comptes d'employés qui envoyaient de la musique protégée.

Tout comme pour Pirate Bay Google avait supprimé Grooveshark des suggestions de recherche, bien que le site soit toujours indexé. Le site était financé par de la publicité sur les comptes gratuits et proposait des comptes premium pour 3$ par mois sans publicité, dans les deux cas il n'y avait aucune limite sur le temps d'écoute. Contrairement à Deezer, Grooveshark était disponible en HTML5 depuis 2010, ce qui a favorisé l'utilisation de logiciels comme Groovedown qui permettait de télécharger au format MP3 une musique.

Suite au jugement du 28 Avril 2015 du tribunal de New York Grooveshark et la société éditrice sont reconnus coupables de violation de droits d'auteurs et le montant des dommages et intérêts avoisinerait les 736 millions de dollars. Au pied du mur, Grooveshark aurait opté pour la fermeture du service plutôt que de payer cette montagne d'argent.

Bien sûr on comprend tout à fait cette décision, qui pourrait payer une telle somme ? Le fichier robots.txt est assez explicite sur la volonté de disparition totale, y compris pour les sites d'archive :

Grooveshark était un site avec une interface ergonomique, bien pensée et diablement efficace. Tout le monde ne l'utilisait pas, mais il était relativement (et discrètement) populaire sur le web avec plusieurs millions de visites chaque jour.

Grooveshark rejoint donc Jiwa, RIP.

Auteur : Mr Xhark

Fondateur du blog et passionné par les nouvelles techno, suivez-moi sur twitter