(modifié le 1 juin 2016 à 23:43)

Je dois toujours vous parler d'iPXE, mais je n'ai pas encore trouvé le temps de le faire. Du coup je commence quand même à parler d'iPXE puisque hier je cherchais à démarrer Kali en mode Live à travers le réseau.

kali-live-ipxe

On trouve peu d'informations sur le net à ce sujet, pourtant ça marche parfaitement bien.

Démarrage live : HTTP ou FTP

Tout mon système de boot iPXE est basé sur des connexions NFS pointant vers mon NAS Synology.

Pour démarrer en mode Live Kali utilise squashfs : le contenu de l'OS passe en RAM puis le boot continue.

kali-live-ipxe-squashfs

Problème : le chemin vers le fichier filesystem.squashfs ne supporte pas NFS ! Uniquement HTTP et FTP.

J'ai donc activé le service web pour déposer le fichier dans \\syno\web\pxe\kali\filesystem.squashfs. Vous pouvez aussi faire un lien symbolique pour éviter d'éparpiller vos fichiers PXE.

Voici le bout de configuration :

N'oubliez pas de copier ces fichiers (vers l'emplacement NFS dans mon cas) :

  • initrd.img
  • vmlinuz

Ces 2 fichiers ainsi que filesystem.squashfs sont présents dans l'ISO complète de Kali (dossier "live").

Je n'ai pas réussi à booter avec le clavier FR (azerty), une fois booté il faut saisir :

Attention : le fichier filesystem.squashfs sera copié en RAM, la taille de votre mémoire vive doit donc être supérieure. Avec 2,38 Go pour la version Kali 2016.1-amd64 il vous faudra donc au moins 3G de RAM. Contre 690 mo pour le fichier de la version Light (donc 1,5 à 2G de RAM minimum).

Installation live

On peut aussi avoir besoin d'installer l'OS et il est possible de le faire directement via internet (si votre image iPXE supporte http). Kali Linux étant disponible en mode rolling nous pouvons installer cette version :

iPXE va automatiquement lancer l'installation correspondant à l'architecture de votre CPU : 32 ou 64 bits. Vous n'avez plus à vous soucier de la version et rien non plus à stocker.

D'ailleurs cette méthode fonctionne aussi avec d'autres OS comme Debian (exemple).

Vous pouvez aussi vous la jouer plus traditionnel avec la doc officielle qui utilise casper.

Conclusion

A vous de voir quelle méthode vous convient le mieux. Si c'est pour booter sur Kali pour faire une petite manipulation alors le démarrage live en RAM est parfait. Si au contraire vous utilisez souvent Kali et avez besoin de configurer ou d'installer des choses il vaut mieux l'installer pour le rendre persistant.

Amusez-vous bien !

note : quand l'écran se vérrouille avec un boot live en RAM le mot de passe root est "toor".

Auteur : Mr Xhark

Fondateur du blog et passionné par les nouvelles techno, suivez-moi sur twitter